Le soleil du printemps au Québec produit de l’or liquide sucré, le meilleur sirop d’érable au monde. Alors que la température s’élève au-dessus du point de congélation, la sève des érables se met à circuler et la fête débute à la cabane à sucre.
Ma conjointe, nos deux filles et moi-même visitions la ville de Québec. Nous avons demandé à Louis, le concierge au Hilton Québec, de nous suggérer des activités que nous pouvions faire avec nos filles de 12 et 13 ans. Il nous aiguilla vers trois cabanes à sucre traditionnelles sur l’île d’Orléans. Le Québec produit trois quarts du sirop d’érable mondial et ce produit traditionnel est source d’une grande fierté.

L’île d’Orléans est à environ cinq kilomètres de la ville de Québec, le long de la route 440. Le pont de l’île s’étend de la chute Montmorency, qui avec ses 84 mètres est la chute la plus élevée du Québec, dépassant les chutes Niagara d’environ 30 mètres. Faites une visite et prenez le téléphérique avec les enfants pour une vue encore plus saisissante de cette merveille naturelle.

DÉBUT DE L’HISTOIRE FAMILIALE DU CANADA FRANÇAIS
L’île d’Orléans est environ trois fois plus grande que Manhattan et se situe sur le fleuve Saint-Laurent, là où l’eau douce se mélange à l’eau salée de l’océan Atlantique. C’est à cet endroit que se sont établies les premières colonies de la Nouvelle-France.
300 familles s’y sont installées au début des années 1600. Dès 1651, les Jésuites sont arrivés pour y établir une mission catholique visant le peuple Huron. Les ancêtres de ma conjointe Michele faisaient partie de l’une des dix premières familles, et de nombreux autres Franco-Canadiens peuvent également y retracer leurs origines familiales. Si vous avez des ancêtres franco-canadiens, faites un arrêt à la Maison Drouin (4700, chemin Royal, Sainte-Famille) pour visiter une maison datant de 1730, puis recherchez vos ancêtres à la Maison de Nos Aïeux (3907, chemin Royal, Sainte-Famille).
Aujourd’hui, cette collectivité de 7 000 âmes perpétue une riche tradition agricole. De nombreux kiosques offrant fruits et légumes frais parsèment le chemin Royal tout le tour de l’île. Vous pouvez visiter des vergers qui possèdent des pressoirs à cidre, des vignobles regorgeant de raisin ou de cassis, et des microbrasseries. Nous nous sommes d’abord arrêtés à la Chocolaterie de l’île d’Orléans, une visite obligatoire pour les amateurs de chocolat dans notre famille. Nous avons ensuite passé devant des maisons des années 1700, en chemin vers une cabane à sucre.

FAIRE LES SUCRES
L’érablière Richard Boily est une érablière traditionnelle qui compte 6 000 érables. Ainsi que nous l’a expliqué notre hôte Nicole durant notre excursion gratuite, ils entaillent chaque érable et utilisent un tube bleu pour les relier. Au printemps, quand la température dépasse le point de congélation, la sève commence à circuler dans les tubes et à s’écouler vers le bas de la colline. À la fin de chaque journée, l’« eau d’érable » à 2 % de teneur en sucre est distillée (bouillie) pendant 3,5 heures, et 189 litres de sève produisent 3,78 litres de sirop d’érable. La sève est recueillie et bouillie dans la même journée afin d’assurer la qualité maximale. Durant la saison de cinq semaines de 2013, la famille de Nicole a recueilli 189 270 litres de sève pour produire 3 785 litres de délicieux sirop d’érable.

Nos filles ont bien aimé leur promenade dans l’érablière et la visite des installations de distillation. Toutefois, le point saillant de la visite a été de goûter au sirop et au beurre d’érable. Quand il y a de la neige fraîche, on verse du sirop sur la neige propre où il gèle. Les enfants y roulent ensuite un bâtonnet de bois afin de recueillir la « tire d’érable », un régal typiquement québécois. C’est avec plaisir que Nicole vend le sirop d’érable et d’autres produits de l’érable provenant de la cabane à sucre.

Si vous disposez de suffisamment de temps, mangez un repas québécois traditionnel composé de soupe aux pois, de jambon, d’omelette et d’un dessert préparés avec un soupçon de sirop d’érable. Les deux autres cabanes à sucre de l’île d’Orléans qui offrent le dîner et le souper accompagnés de divertissement traditionnel sont Le Relais des pins et la Cabane à sucre l’En-Tailleur. La plupart des exploitations sont ouvertes de mars à octobre. Notre famille a savouré ce régal sucré dans un milieu naturel tout en apprenant. Nous espérons que votre famille profitera également de l’exploration des érablières du Québec. Pour plus d’information sur l’île d’Orléans, visitez tourisme.iledorleans.com.

Cet article a été initialement publié par Hilton Mom Voyage.

Article précédent

Activités gratuites et amusantes à faire à Montréal avec les enfants

Article suivant

Problèmes lors d’une escapade routière, ou la tournée des garages du nord-est

Haut